Investir dans la faim!

Tous les jours, la population mondiale augmente de 220,000 personnes. Environ 328 personnes de plus en deux minutes…dans vingt minutes, il y en aura 3,280 de plus! Actuellement, il y en aurait 6,7 milliards alors que dans quelques années, il y en aura fort probablement 9 milliards.

Inutile de dire que cette situation engendrera inévitablement des changements.

Pour la première fois depuis quinze ans, des études ont annoncé un recul de la faim dans le monde. Ce sont des statistiques. Concrètement, ce sont encore 925 millions de personnes sur Terre, une sur sept, qui souffrent de faim voire de malnutrition. Évidemment les pays les plus pauvres et majoritairement les pays du Sud sont les plus touchés, alors que les pays asiatiques ont connu une très nette amélioration de ce chiffre, faisant ainsi reculer les statistiques.

Avec une telle pression démographique — et donc alimentaire –, c’est une véritable tendance de fond qui est en train de s’opérer. A deux niveaux. D’une part l’augmentation de la population mondiale induit évidemment une augmentation de la quantité de nourriture disponible. D’autre part, l’élévation de niveau de vie dans les pays émergents change radicalement les besoins et les habitudes alimentaires. Problème : la surface cultivable n’excède pas 1,5 milliard d’hectares. Et ces surfaces diminuent à cause de la désertification, de l’urbanisation. A terme, les spécialistes avancent le chiffre de 25% de terres cultivables en moins.

Celui qui apportera donc une solution sera donc assis sur un trésor qui permettra de nourrir tout le monde. Vous vous doutez qu’il y a des investissements à faire. Pour du long terme, pour une stratégie sûre, sereine, mais avec un potentiel évident. Il faut donc cibler, dans ce vaste champ de profits, les sociétés qui sauront le plus profiter de cette tendance.

? Les besoins en céréales pour se nourrir vont augmenter pour trois raisons

Première à prendre en compte : quand vous gagnez un peu plus d’argent, vous améliorez, mais surtout, vous diversifiez votre alimentation. Or la mode est à la nourriture de type occidentale ; du coup, les besoins en céréales de toutes sortes sont en très nette augmentation.

Les populations qui jusqu’à présent se nourrissaient de quelques grains de riz ont vu leur niveau de vie augmenter. Avec un pouvoir d’achat un peu plus important, elles veulent tout d’abord une alimentation plus équilibrée, avec plus de viande. Or pour nourrir cette viande, il faut plus de céréales.

Tenez, la Chine par exemple. La modernisation du pays s’est réalisée au détriment des terres cultivables. Elles ont souvent été remplacées par des routes, des usines, des mégapoles. L’urbanisation des populations, d’anciens paysans qui viennent tenter d’améliorer leur quotidien en travaillant dans les villes, a participé à ce bouleversement des consommations alimentaires. Ces anciens paysans se sont enrichis bien sûr.

Mais avec ce mode de vie, ils veulent une nourriture de plus en plus à l’occidentale, ce qui sous-entend de la viande régulièrement. Depuis l’avènement de la mondialisation et depuis qu’ils en ont les moyens, la consommation de viande des populations émergentes explose : elle a doublé depuis les années 1980.

Or… il faut avoir à l’esprit que pour produire un kilo de viande de boeuf, il faut 8 kg de céréales. Les éleveurs utilisent donc 250 millions de tonnes de céréales de plus qu’il y a 20 ans pour nourrir leur cheptel. La production de céréales a connu son apogée en 1985. Depuis cette date, la production a non seulement baissé mais surtout elle n’arrive plus à compenser la réduction des surfaces cultivées et la croissance de la population. Tout porte à croire que l’on n’est qu’au début de l’insuffisance des produits agricoles.

Du coup, la Chine est récemment passée du statut d’exportateur de céréales à la fin des années 1990 à celui d’importateur. Elle est tenue maintenant d’importer 10% de céréales pour répondre à ses propres besoins intérieurs. Il faut rappeler que la superficie du pays représente 7% des terres de la planète alors qu’elle doit nourrir 22% de la population de cette même planète, et que cela représente 1,35 milliard de Chinois.