Peut-on prévoir la tendance?

La tendance est votre ami (the trend is your friend), vous avez probablement et  souvent entendu cette courte phrase. Voici passé en revue les sept (7) indicateurs de tendance les plus utilisés par les traders. Ceux-ci peuvent aider à faire une évaluation juste et en profondeur de ce qui pourrait être acheté ou vendu autant pour les stocks, les obligations (bonds), les ETFs, l’or (gold) ou l’argent (silver) for your portfolio. Maintenant un peu d’anglais…

It is always hard to know what to buy or sell let alone just when to do so. Thank goodness there are indicators available that provide such information. Below are descriptions of the 7 most popular trend indicators: Crossovers; Moving Average Convergence Divergence; Percentage Price Oscillator; Keltner Channels; Parabolic SAR; Traders’ Index; and Advance/Decline Line. 

Trend Indicators : The price movement of a security over time is most easily analyzed by observing how its moving averages are trending. Either a simple moving average (where the movement during a specific time period is divided by the days of that time period) or an exponential moving average (where a mathematical formula gives greater emphasis to the more recent price movement) can be used and any period of time (up to 360 days on the various fine charting sites) can be studied.

The most common short-term time period is 20- or 21-days using an exponential moving average (ema), while the most popular medium-term periods are the 39- or 40- and 50-day using a simple moving average (ma).

To observe the long-term trend of the price movement of a security a 200-day ma is usually used and occasionally a 100-day ma. That being said, a large number of variations have been developed to satisfy particular needs and situations.

The Seven Most Popular Trend Indicators

1. Crossovers – used to forecast the future movements in the price of a stock such as when a stock or index moves above (bullish) or below (bearish) its 20-day moving average.

When a security’s long-term moving average (e.g. 50-day ma or ema) moves above its short-term moving average (e.g. 20-day ma or ema) it is referred to as a Death Cross and indicates a bear market on the immediate horizon, especially when it is reinforced by high trading volumes. Conversely, when a security’s short-term moving average moves above its long-term moving average, coupled with high trading volumes, it is referred to as a Golden Cross and indicates a bull market on the immediate horizon.

2. Moving Average Convergence Divergence (MACD) – a trend-following momentum indicator of the exponential moving average (ema) of a stock or index which is used to identify short-term momentum. Specifically, the 26-day ema of a stock or index is subtracted from the 12-day ema to show an intermediate trend line. A 9-day ema, the ‘signal line,’ is then plotted over that intermediate term line to identify when to buy or sell the stock or index. When the resultant MACD falls below the signal line, it is a bearish signal, which indicates that it may be time to sell.

Conversely, when the MACD rises above the signal line, the indicator gives a bullish signal, which suggests that the price of the asset is likely to experience upward momentum. Many traders wait for a confirmed cross above the signal line before buying or selling to avoid doing so too early and thereby avoid being ‘faked out’.

Traders also watch for a move above or below the zero line because this signals the position of the short-term average relative to the intermediate-term average. When the MACD is above zero, the short-term average is above the intermediate-term average, which signals upward momentum. The opposite is true when the MACD is below zero. The zero line often acts as an area of support and resistance for the indicator.

3. Percentage Price Oscillator (PPO) – similar to the MACD but while the MACD shows the simple difference between the 2 exponential moving averages the PPO expresses this difference as a percentage which allows a trader to compare stocks with different prices more easily.

For example, regardless of the stock’s price, a PPO result of 10 means the short-term average is 10% above the intermediate-term average. That makes it much easier to choose one stock over another should the need arise.

4. Keltner Channels – moving average bands/channels where the upper line represents the average high of a security over a 10-day period; the lower band the average low of a security over a 10-day period and the centre line the closing price of a security over the same 10-day period.

The trader is to sell the security when the closing price exceeds the upper band and to buy the security when the closing price falls outside the lower band. Like the other indicators mentioned it is best to add two or three other indicators to one’s charts to confirm any buy/sell signal.

5. Parabolic SAR – used to determine the direction of a security’s momentum and the point in time when this momentum has a higher-than-normal probability of switching directions.

The parabolic SAR is shown as a series of dots placed either below a security’s price on a chart (a bullish signal causing traders to expect the momentum to remain in the upward direction) or above (a signal that the bears are in control and that the momentum is likely to remain downward).

As the price of the security rises, the dots will rise as well, first slowly (i.e. spaced well apart) and then picking up speed (i.e. getting closer and closer together) and accelerating with the trend. This accelerating system allows the investor to watch the trend develop and establish itself. The SAR starts to move a little faster as the trend develops and the dots soon catch up to the price line and that is when it is time to buy the security. A sell signal is triggered when the price line moves below the lower dot enabling an investor to position a stop-loss order.

The ability for the parabolic SAR to respond to changing conditions removes all human emotion and allows the trader to be disciplined. On the other hand, while the SAR works extremely well when a security is trending, it can lead to many false signals when the price moves sideways or is trading in a choppy market. That being the case, it is paramount that other indicators such as the stochastic oscillator, moving averages, etc. be used to ensure that all information is being considered.

6. Traders’ Index (TRIN) – a short-term breadth indicator which measures the ratio of advancing stocks to declining stocks and compares it to the ratio of advancing volume to declining volume.

When advancing volume exhibits discordance with the raw number of advancing stocks, the all-important sell signal is given. Conversely, when volume on the downside increases out of proportion with the number of declining stocks, an upside reversal is said to be imminent.

It is important to note that TRIN is handled differently in each of the different market conditions. In a bull market, the overbought line is placed at 0.65 or 0.70 but in a bear market at 0.70 or 0.75. The oversold line is placed at 0.90 or 0.95 in a bull market and at 1.00 or 1.10 in bear markets. Assuming the market has been correctly identified as a bull or a bear and the overbought and oversold lines have been correctly placed you should buy when the current TRIN crosses above its oversold line and sell when TRIN sinks below its upper overbought line.

When interpreted properly, TRIN can be one of the most powerful and accurate means of assessing the psychology of the market.

7. Advance/Decline Line (A/D) – used to confirm the strength of a current trend and its likelihood of reversing. If the markets are up but the A/D line is sloping downwards, it’s usually a sign that the markets are losing their breadth and may be setting up to head in the other direction. If the slope of the A/D line is up and the market is trending upward then the market is said to be healthy.

Conclusion : Remember, the trend is your friend and now you have an arsenal of such indicators to make an extensive and in-depth assessment of whether you should be buying or selling – be it stocks, warrants, bonds, ETFs, gold or silver.

Le rendement des ETFs?

Cet article proposé par l’Edito Matières Premières & Devises me semblait à propos que j’ai alors voulu la partager avec tous ceux qui s’intéressent à cet instrument financier. La montée en popularité de ce type d’investissement peut parfois nous rendre moins vigilant et nous faire oublier les sources de rendement réels des ETFs.

Vous avez acheté un ETF/certificat matière première censé traquer fidèlement le cours au comptant de votre matière favorite (or, gaz, sucre, pétrole…). Surprise : le prix de la matière grimpe mais votre ETF perd de la valeur. Vous n’y comprenez plus rien ?

D’où l’intérêt, avant d’investir dans les matières premières via des ETF, de bien comprendre que votre ETF a quatre différentes sources de rendementQuatre “moteurs” de croissance. Ainsi, vous ne tomberez plus jamais dans les pièges des ETF et saurez même comment démultiplier leur potentiel de rendement.

Première source de rendement de votre ETF : le prix comptant (spot) de la matière – Si vous avez acheté un ETF pétrole lorsque le baril valait 40 $ et qu’il vaut à présent 80 $, vous avez gagné 100%. Si vous l’aviez acheté 100 $ et qu’il n’en vaut plus que 50 $, vous avez perdu 50%. La variation du cours de la matière première sous-jacente est donc le premier moteur de gain (ou de perte) de votre ETF à surveiller de très près.

Seconde source de rendement de votre ETF : le “roll yield” (“rendement lié au roulement de la position”) – Vous le savez, les matières sont cotées sur le marché comptant (spot) et sur les marchés à terme via des contrats à terme qui ont chacun une échéance, de la plus proche à la plus lointaine.

Chaque contrat à terme (contrat décembre, contrat janvier…) a un prix. Normalement, la courbe de prix des contrats à terme est légèrement ascendante : plus le contrat a une échéance éloignée, plus son prix est élevé. Logique, le prix du contrat incorpore un coût de stockage de la matière. Un contrat livraison à un an se payera plus cher qu’un contrat livraison à trois mois, puisqu’il inclut neuf mois de stockage en plus. D’où une “prime” à payer.

Sachez que votre ETF est une fraction d’un contrat à terme. Contrat dont l’échéance est la plus proche du comptant (contrat à un ou trois mois en général). Votre ETF n’a pas d’échéance. Or le contrat à terme qui le constitue, lui, en a une. Conséquence : le contrat à terme arrivant à échéance tous les mois (ou trimestre), l’émetteur de l’ETF doit le solder pour racheter aussitôt le contrat à échéance suivante. Ceci afin d’assurer la “continuité” de l’ETF dans la durée.

L’émetteur doit donc régulièrement “rouler sa position” d’une échéance sur l’autre, au fur et à mesure que les contrats à terme arrivent à échéance. Or ce roulement peut soit générer un rendement, soit une perte, qui viendra s’ajouter (ou se retrancher) au rendement global de votre ETF.

Prenons un exemple concret – Le prix comptant du pétrole est 75 $. Le contrat à échéance la plus proche (disons à un mois) cote 77 $. L’échéance suivante (à trois mois) 79 $. La courbe des prix est donc ascendante. On dit aussi “contango” (une courbe des prix descendante est dite en “backwardation”). Imaginons pour simplifier que le cours au comptant reste stable.

Votre émetteur d’ETF a donc acheté un contrat un mois à 77 $. Or au fur et à mesure que l’échéance du contrat un mois se rapproche de son terme, son prix “converge” vers le prix au comptant, jusqu’à être égal au cours comptant à son échéance, soit 75 $. L’émetteur de votre ETF qui a acheté un contrat à 77 $, devra donc le revendre 75 $ à échéance (il perd 2 $) et au même il devra racheter un nouveau contrat à terme un mois à 77 $ pour assurer la continuité de l’ETF. Il perd donc 2 $ chaque fois qu’il roule sa position. Ces 2 $ sont déduits tous les mois du rendement de votre ETF. Et ceci tant que la courbe des prix restera inchangée.

En résumé : Si la courbe des prix est ascendante (contango), le roulement de la position tous les mois ou trimestre génère une perte. Si la courbe des prix est descendante (backwardation), tous les mois le roulement de la position génère pour votre ETF un supplément de rendement. Si vous jouez la hausse d’une matière via un ETF, assurez-vous que la courbe des prix n’est pas fortement ascendante.

Toutefois, attention si vous jouez la matière à la baisse via un ETF bear, tout s’inverse. Vous êtes gagnant sur le contango et perdant en backwardation. Alors assurez-vous que la courbe des prix n’est pas fortement descendante.

Sachez enfin que la courbe des prix peut se pentifier, s’aplatir ou s’inverser très vite.

Troisième source de rendement de votre ETF : les taux d’intérêt à court terme – Sur les marchés à terme, pour acheter un contrat sur le pétrole de 75,000$ vous n’avez pas besoin de décaisser 75,000$. 2,500$ suffisent (ce sont des opérations à levier, sur marge). Ce qui permet à l’émetteur d’investir les 73,000 $ disponibles dans des bons du Trésor, sans risque et mobilisables à vue. Ce placement rapporte un intérêt qui vient s’ajouter au rendement global de votre ETF.

Malheureusement, du fait de la crise, les taux d’intérêt ont été ramenés à des niveaux très bas, laxisme monétaire oblige. Ce moteur tourne donc au ralenti.

Quatrième source de rendement de votre ETF : la variation du taux de change – Variation entre notre monnaie (l’euro) et le dollar, les matières étant libellées en dollars.

Si le dollar perd de la valeur, la valeur de votre ETF se déprécie, et inversement.

Achetez un ETF assuré contre le risque de change si vous anticipez une forte baisse du dollar. Sinon, sachant que les matières, l’or et le pétrole en tête, sont des anti-dollars naturels, inutile de payer un surcoût pour vous protéger des variations contre le dollar.

Comment optimiser ? – Avant tout investissement, assurez-vous que les “moteurs” roulent pour vous…que la conjoncture est en votre faveur. Vérifiez systématiquement que votre anticipation de cours et la courbe des prix sur le marché à terme ne se “neutralisent” pas.

Si vous jouez une matière à la hausse, vous démultiplierez votre rendement si la courbe des prix est descendante. N’investissez pas si la courbe est fortement ascendante, car votre gain réalisé sur la hausse du cours de la matière sera neutralisé par la structure contango du marché à terme.

Inversement, si vous jouez une matière à la baisse via un ETF Bear, une courbe ascendante démultipliera vos gains. N’investissez pas si la courbe est fortement descendante. Votre gain réalisé sur la baisse du cours de la matière sera neutralisé par la structure backwardation du marché à terme.

Entretien avec John Bollinger

John Bollinger a inventé au début des années 1980 les bandes qui portent son nom, c’est-à-dire les bandes de Bollinger (indicateur de volatilité mondialement connu).  Sous forme de questions et réponses, voici ses commentaires.

Voici selon lui, en quoi consistent ses fameuses bandes de Bollinger : Mes bandes entourent l’évolution des cours de n’importe quel actif financier, qu’il soit une action, une matière première, un métal,… Elles sont associées à une moyenne mobile à vingt périodes, c’est-à-dire la moyenne des prix de clôture des vingt derniers ans, mois, semaines, jours, voire des unités de temps plus courtes pour les investisseurs les plus actifs. La distance entre cette moyenne mobile centrale et chacune des deux bandes de Bollinger est de deux écarts-types. Elle varie donc en fonction de l’évolution de la volatilité des cours.

Comment utiliser cet outil ?

John Bollinger : Il permet de déterminer si les cours sont élevés ou bas sur une base relative, élevés à proximité de la bande supérieure et bas près de la bande inférieure. Nous obtenons ainsi un système de trading [d’intervention, NDLR] rigoureux, où les émotions humaines comme la peur et l’avidité sont éliminées du processus d’investissement.

Faites-vous des recherches pour élaborer d’autres indicateurs liés à la volatilité ?

John Bollinger : J’ai consacré ma carrière entière à étudier la volatilité et les moyens d’en tirer profit. Outre mes bandes, j’ai mis au point deux indicateurs complémentaires très utiles, le %b et le BandWidth. Le %b mesure la position du dernier cours par rapport aux bandes et au régime de volatilité, tandis que le BandWidth [“largeur de bandes”] est une mesure relative du degré d’écartement des bandes à un moment donné. Pour plus de détails sur ces indicateurs, je vous invite à consulter mon site Internet. Les trois outils combinés permettent d’élaborer un système d’intervention solide, générant des points d’entrée, des objectifs de cours et des stop losses [niveaux prédéfinis où l’investisseur coupe ses pertes]

De quels autres outils techniques vous servez-vous ?

John Bollinger : J’apprécie les indicateurs de volume, qui donnent une bonne idée des forces en présence, l’offre et la demande. J’aime notamment le concept d’Accumulation/Distribution, qu’ont développé Larry Williams et David Bostian. J’utilise peu en revanche les indicateurs de momentum [qui décrivent la vitesse à laquelle se déplacent les cours dans un intervalle de temps donné]. Ils sont utiles dans un marché ennuyeux, sans tendance, mais ils sont moins efficaces dans un marché directionnel. Je me sers plus volontiers du %b comme indicateur de momentum, car les autres outils du même type vous tromperont souvent. Par ailleurs, je recommande aux investisseurs de paramétrer leurs graphiques de cours en chandeliers japonais, qui font ressortir les configurations techniques beaucoup plus clairement que les autres types de représentation des cours.

Quel a été votre plus grand succès sur les marchés ?

John Bollinger : A Chicago, on dit qu’il y a un dieu qui gouverne la Corbeille, avec trois règles implacables. Au cours d’une vie, un investisseur ne pourra vendre une action au plus haut qu’une seule fois, acheter un titre au plus bas qu’une seule fois, et faire l’inverse de nombreuses fois. Personnellement, j’ai déjà cédé une action au plus haut une fois. Comme je n’essaie pas d’acheter un titre au plus bas, j’imagine que le grand succès de ma vie aura été de bâtir un système de trading efficace basé sur l’analyse de la volatilité.

Vous êtes analyste technique, mais aussi titulaire du CFA, le diplôme des analystes financiers. Vous servez-vous de l’analyse fondamentale dans votre processus d’investissement ?

John Bollinger : J’utilise un peu l’analyse fondamentale, au besoin, quand c’est approprié. Je pratique l’analyse rationnelle, une combinaison d’analyse fondamentale et d’analyse technique. Un peu comme un garagiste qui aurait en permanence à sa disposition deux boîtes à outils différentes.

Quels sont les clés du succès pour un investisseur ?

John Bollinger : La règle d’or est la discipline. Elle est innée chez certains investisseurs, tandis que d’autres doivent en faire l’apprentissage. C’est un prérequis indispensable au processus d’intervention sur les marchés.

Recommendriez-vous à un particulier de s’intéresser au marché des changes ?

John Bollinger : Absolument, car si l’analyse technique donne de bons résultats avec les actions, les performances sont encore plus significatives sur le Forex [marché des changes]. J’ai d’ailleurs récemment créé un site Internet dédié, qui met à la disposition des investisseurs un large éventail d’outils techniques, dont mes indicateurs.

Pour ajouter aux commentaires de John Bollinger, voici quelques commentaires permettant de mieux comprendre comment maîtriser cet indicateur :

Les bandes de Bollinger enveloppent le titre et sa moyenne mobile (traditionnellement à 20 jours), en fonction de sa volatilité. On ajoute/retire deux fois l’écart type entre les cours et la moyenne mobile pour obtenir les bornes supérieure et inférieure.

Comment cela se traduit-il en pratique ? Il y a, en général, un objectif simple dans l’utilisation de cet indicateur : matérialiser ou non la présence d’une tendance et anticiper la force d’un mouvement. Dans le premier cas, plus la volatilité du titre augmente et plus l’écart entre les deux bandes sera grand : cette situation est caractéristique d’une tendance forte sur le sous-jacent. A l’inverse, une contraction des bandes (c’est-à-dire une faible volatilité) traduira une phase sans tendance, à savoir une période de réflexion ou de consolidation.

C’est particulièrement dans cette deuxième situation que se trouve l’intérêt majeur de l’indicateur. En effet, après une période prolongée de resserrement, en cas de sortie (à la hausse ou à la baisse), l’impulsion qui s’en suit se fait souvent de manière très rapide et violente.

En matière de trading, il y a donc deux types d’interventions possibles :

– vous pouvez choisir de vous positionner pendant que les bandes sont serrées en anticipant le sens de sortie (technique rentable mais plutôt risquée) ;

– dans le second scénario, vous attendez que le marché établisse sa tendance (ici vous aurez moins de gains mais moins de risques également). Dès que le cours franchit l’une des deux bandes et que, par conséquent, il y a un début d’écartement, vous suivez le mouvement en prenant soin de positionner un stop situé autour de la moyenne mobile (plus ou moins donc, au milieu du range). Cette bonne gestion vous permettra d’éviter de risquer toute l’amplitude du range en cas de non confirmation du signal.